03 août 2004

Générik Vapeur

3 août 2004

J'ai participé au Festival " théâtre de rue " d'une façon spéciale cette année. Non, je n'ai pas fait comme avant, c'est à dire ne pas faire de la sécurité. Ben j'en ai fait, mais c'était différent. Une des organisatrices du festival a regroupé quelques personnes, dont moi, pour être figurant(e) dans un spectacle. Ok tsé. On s'est ramassé 6 et c'est nous qui avons ouvert le show vers 21h30, les trois soirs. On portait sur nos épaules d'espèces d'écrans géants (eux ils nomment ça des radiographies)(voir image), mais moi j'ai pas supporté le poids, alors je marchais devant avec une lanterne. Ensuite, on se rendait sur la rue Mercier pour les enlever et on se dirigeaient vers " les échelles ". Dans un appartement, ben, sur le balcon, il y avait des gens qui lançaient des objets divers, et en bas, nous devions faire un périmètre de sécurité, pour que les gens ne soient pas blessés. Ensuite, il y a quelqu'un qui menace les gens avec une télévision, qu'il lance ensuite et qui éclate avec un bruit d'enfer. Les comédiens au sol, se dirigent ensuite tranquillement vers hum, un endroit. (C'est un des seul bout que je n'ai pas catché dsl. L )

Un peu après, les comédiens se dirigent vers un mini toit, où il y a diverses chaises de salon. C'est là qu'ils jugent la rue. Ce qui était bien, c'est qu'ils ont fait leur numéro en lien avec l'historique de notre ville (thanks à Marie de me l'avoir fait remarqué :p). Lorsqu'ils descendent du toit, ils vont ensuite faire une chorégraphie avec des balais (ça sent le swiffers! ('ssayer po de comprendre)) Pas longtemps après, les gens (les curieux) doivent se déplacer et regarder dans les airs. Là, il y a un comédien (voltige) qui passe la tondeuse sur une corde à linge (de kossé?! :p) (voir image) et il se laisse tomber dans le vide. Entre tout ça, il y a de la musique et tout là… Les comédiens continuent à danser et ils se dirigent tranquillement plus loin sur la rue. Ils finissent par s'arrêter et se laisser bercer par la musique d'un piano. (Chopin). Si on regarde dans la direction qu'Ils regardent, on voit un piano s'élever (sur un machin truc^_^), et il y a Marc (le voltige) qui joue. Un moment donné, le truc qui tient le piano se balance, et il s'écrase sur le sol, suivi de Marc. Les comédiens repartent et se rendent près d'où le piano est, et ils ((oki ça l'air cave)) lave un semblant de mur avec leurs balais. Ils prennent des grandes feuilles de papiers sur lesquelles sont inscrites des lettres, et ils les collent sur le mur pour former une phrase : " Au fil des mots, raccommoder… " (Je vais tenter de trouver le reste dla phrase). Et la le show fini. Snif. On a été invité à saluer la foule avec eux. Conclusion : Je veux aller à Marseille!!!! Snif.

Posté par Chessintra à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Générik Vapeur

Nouveau commentaire